Le portrait de la mobilité individuelle en Suisse.
  • Electromobilité

5 choses à savoir sur l’électromobilité et les voitures électriques

La mobilité électrique fait de plus en plus partie de notre quotidien. Découvrez les faits les plus importants sur les voitures électriques.

Les voitures électriques sont de plus en plus répandues en Suisse: bien qu’elles n’aient représenté qu’une faible part – à savoir un peu moins de 4 % – de l’ensemble de toutes les voitures neuves immatriculées au cours des premiers neufs mois de 2019, elles ont plus que doublé par rapport à l’année précédente. S’y ajoute une part d’un pour cent de modèles hybrides rechargeables, qui sont équipés d’un moteur à combustion mais peuvent aussi être rechargés via le réseau électrique. Ensemble, ces véhicules dits «enfichables» doivent atteindre un part de marché de 10 % en 2020 déjà, en 2022 leur part pourrait être de 15 %. Il semble que l’avenir appartient aux voitures électriques. Vous trouverez ici tous ce que vous devez savoir sur les voitures et la mobilité électriques.

1. L’autonomie peut être influencée

Selon le modèle, les voitures électriques peuvent parcourir entre 200 et 600 kilomètres avec une seule charge. Un style de conduite régulier et la récupération de l’énergie de freinage influencent toutefois positivement l’autonomie. Sans climatisation, radio et chauffage de siège, le rayon d’action du véhicule est encore prolongé.

2. La Suisse, paradis de la recharge ?

Si vous achetez une voiture électrique, vous voulez pouvoir la recharger rapidement et facilement, où que vous soyez. La propagation des voitures électriques dépend donc dans une large mesure de la rapidité avec laquelle les villes et les prestataires installent des bornes de recharge. Bonnes nouvelles pour la Suisse: nous disposons de l’un des réseaux les plus denses de stations de recharge publiques. La situation est plus difficile pour ce qui est de la recharge à domicile : la Suisse a le taux de logements en propriété le plus faible d’Europe, et l’installation de bornes de stations de recharge dans les parkings de lotissements n’est pas toujours facile. Il est indispensable que les propriétaires soutiennent leurs locataires afin que la mobilité électrique puisse être un succès, car les voitures électriques sont majoritairement chargées à la maison ou au travail.

Le temps de charge est également important: si vous effectuez de longs trajets en voiture, vous voudrez sans doute pouvoir la recharger rapidement en cours de route. Le temps de recharge dépend de la capacité de la batterie et de la puissance de charge maximale. Cette dernière dépend des puissances de charge de la voiture, de la borne de recharge et du câble. Selon les besoins, une voiture électrique peut être rechargée à domicile, au travail, sur des aires de repos ou dans des parkings. Une chose est claire: l’avenir appartient à la recharge sans fil, mais nous n’en sommes pas encore là.

3. Le prix d’achat n’est pas le seul facteur de coût

Le prix est évidemment toujours un facteur important lors de l’achat d’une nouvelle voiture. Les voitures électriques sont souvent plus chères que les voitures à essence conventionnelles. Cette différence est toutefois compensée lors de leur utilisation: la consommation d’une voiture électrique est nettement moins chère aux 100 kilomètres que celle d’une auto conventionnelle. Les frais de recharge dépendent du tarif de l’électricité; avec le tarif de nuit plus avantageux, un chargement coûte environ deux francs. Certaines bornes de recharge publiques offrent même des services gratuits. En fin de compte, les coûts totaux effectifs dépendent bien évidemment aussi de la catégorie de véhicule ou du modèle choisi.

4. Ecologique n’est pas toujours synonyme de faibles émissions

D’une manière générale, il faut également prendre en compte que la production d’un véhicule électrique ou plus précisément des batteries lithium-ion qui y sont installées a un impact plus important sur l’environnement que la construction d’une voiture avec moteur à combustion. Les voitures électriques peuvent toutefois neutraliser cet effet au niveau des émissions de CO2 à partir de quelque 50 000 kilomètres parcourus: les véhicules électriques fonctionnant à l’électricité issue de sources renouvelables sont nettement plus écologiques que les modèles à essence ou à diesel. Cependant, avec un mix énergétique ne provenant pas entièrement de sources renouvelables, il faut plus de temps jusqu’à ce qu’une auto électrique présente un meilleur écobilan que les autres voitures. En outre, les faibles émissions ne sont pas le seul facteur écologique. A titre d’exemple, les véhicules électriques sont également sensiblement plus silencieux que les autres voitures, ce qui réduit la pollution sonore dans les villes.

5. Rouler en voiture électrique n’est pas la même chose

Dès le démarrage, les voitures électriques accélèrent beaucoup plus rapidement que les autos à propulsion conventionnelle. La sensation de conduite est donc très différente de celle des modèles avec moteur essence ou diesel. Le fait que les véhicules électriques sont très silencieux a également un impact sur la conduite: il est important de ne pas effrayer les usagers de la route qui ne l’entendent pas. C’est pourquoi un bruit de conduite artificiel est généré lorsque la vitesse ne dépasse pas 20 à 30 kilomètres à l’heure. Il est en outre conseillé de conduire de manière anticipée et de freiner lentement afin d’obtenir une récupération optimale.

Autonomie, infrastructure et prix – trois facteurs clés

Il existe trois facteurs clés incontournables lorsque l’on parle de voitures électriques: l’autonomie, l’infrastructure et le prix. Ces trois points décideront si les véhicules électriques sauront réellement s’imposer à long terme. En fin de compte, les autos électriques doivent présenter trois caractéristiques afin de pouvoir concurrencer les voitures avec moteur à combustion:

  • Autonomie: la batterie doit durer assez longtemps pour l’utilisation souhaitée par le conducteur.
  • Infrastructure: la voiture doit si possible pouvoir être rechargée rapidement et facilement à tout moment et en tout lieu.
  • Prix: le prix d’achat devrait être comparable à celui d’une voiture conventionnelle avec moteur thermique.

En général, la mobilité électrique ne comprend pas seulement les voitures. Les vélos, scooters, motos et même trottinettes électriques sont de plus en plus nombreux sur les routes suisses et contribuent à rendre plus électrique et dès lors plus écologique la mobilité dans son ensemble.

Partage:

Nous recommandons:

Ce site web utilise des cookies pour vous soutenir dans votre navigation personnelle. En visitant le présent site web vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre déclaration de confidentialité. Veuillez lire cette dernière pour en savoir plus sur la manière dont nous utilisons les cookies et dont vous pouvez gérer ces derniers.
Accepter

Bitte benutzen Sie einen moderneren Browser