Le portrait de la mobilité individuelle en Suisse.

Büsser vs Zuccolini

Le Duel

Zuccolini meilleur que Büsser? Sur la scène: tout est une histoire de goût. Les choses sont différentes lors du duel AUTOgraphe. Les faits concrets comptent ici. Qui trouvera le plus d’occasions de covoiturage sur le trajet menant au Hallenstadion de Zurich? Un rapport de route d’un genre particulier.

Autres duels

Stein am Rhein. Sur la route habituelle des touristes, Stefan Büsser a pris son courage à deux mains pour faire du stop à l’air frais du matin. Son sauveur arrive enfin: un chauffagiste se rendant chez ses clients lui permet de monter à bord et de se réchauffer.

Dans le cadre de «Mon AUTOgraphe», deux célébrités cherchent à se rendre au même endroit en moins de six heures. La course commence dans différents lieux et les participants voyagent uniquement par autostop. Celui qui trouve le plus d’occasions de covoiturage gagne la course aux autographes.

Le duel comique est ralenti.

Pendant ce temps, Claudio Zuccolini ne bouge pas d’un pouce à Bischofszell. Malgré ses expériences d’autostop pendant sa jeunesse, rien ne fonctionne pour lui. Les dés semblent avoir été jetés bien avant que la course commence pour le blagueur des Grisons. Finalement, une coïncidence du nom de «Tschaina» l’aide à sortir du pétrin: une connaissance en déplacement professionnel dans un village éloigné. La joie est grande, mais de courte durée. En effet, Zuccolini se retrouve bientôt à nouveau au bord de la route à Busnang. «Ce village devrait plutôt s’appeler Pas-de-bus-nang», commente-t-il laconiquement les rues vides.

Alors que le soleil réchauffe enfin l’air, tout se passe comme sur des roulettes pour le modérateur. L’amoureux des chiens attire immanquablement ses semblables et se retrouve bientôt assis à côté d’un ami à quatre pattes qui semble apprécier le trajet autant que l’auto-stoppeur.

«Bonne nuit», souhaite Zuccolini à son deuxième chauffeur. La journée de travail est en effet terminée pour lui peu avant midi. Sa journée de chauffeur a commencé à quatre heures du matin. Bien avant que le premier train ne circule. Zuccolini se montre impressionné, mais aussi reconnaissant. À la fin du trajet, il lui remet une friandise en guise de remerciement, comme à tous ses chauffeurs. Un geste charmant. Mais cela lui rapportera-t-il la victoire?

Zuccolini distribue des cadeaux. Et Büsser circule en chariot élévateur.

Alors que Zuccolini distribue encore des cadeaux, Stefan Büsser trouve sa dernière occasion de covoiturage aux portes du Hallenstadion: un chariot élévateur – pour un imposteur? Le duel en deux parties AUTOgraphe nous le dira. Bon visionnage!

«Ma voiture est ma salle de répétition sur roues. J’y trouve le calme nécessaire pour travailler mon programme.»

Claudio Zuccolini
Partage:

Nous recommandons:

Ce site web utilise des cookies pour vous soutenir dans votre navigation personnelle. En visitant le présent site web vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre déclaration de confidentialité. Veuillez lire cette dernière pour en savoir plus sur la manière dont nous utilisons les cookies et dont vous pouvez gérer ces derniers.
Accepter

Bitte benutzen Sie einen moderneren Browser